Un cadeau du ciel – Cecelia Ahern

V.O : The Gift

350 pages aux éditions Flammarion

                              ● Synopsis :

Lou a une vie parfaite, une femme magnifique, deux enfants adorables et un travail qui le comble. Mais la réussite a un prix et Lou est prêt à tout pour parvenir au sommet. En se rendant au travail un matin d’hiver dans les rues enneigées de Dublin, Lou fait la connaissance de Gabe, un sans-abri qu’il croise tous les jours. Sa vie ne sera plus jamais la même car Gabe n’est pas un homme comme les autres… A mi-chemin entre Un conte de Noël de Dickens et La Vie est belle de Capra, Un cadeau du ciel renoue avec la grande tradition du conte de Noël. Cecelia Ahern nous entraîne dans un monde où la réalité est teintée de merveilleux et où les actes ont des conséquences inattendues sur l’existence.

                              ● Mon Avis :

Un peu d’étrangeté ! Les premières dizaines de pages sont dures à assimilées, j’ai fais quelques retours en arrière et pour cause : une histoire dans l’histoire. Nous avons Lou qui a tout ce qu’on peut envier : une vie parfaite : femme magnifique, enfants adorables, il a réussi dans la vie. Sauf que notre Lou n’est pas totalement cet homme parfait : il boit, trompe sa femme et ne s’occupe pas de ses deux bambins. Oui mais cette vie parfaite va changer quand il rencontre Gabe un sans-abri. Je suis un peu prise d’inquiétude quand ils se rencontrent : issus de deux milieux différents que va-t-il se passer ? Lou va aider Gabe ? Qui est réellement Gabe ? Un sans-abris ou quelqu’un de dangereux qui cache son jeu ? Le livre me laisse en haleine et ne répond pas tout de suite à mes questions. Les deux histoire présentes dans ce texte s’entremêlent, semblent différentes mais sont symboliquement imbriquées . Dans la première histoire un policier raconte lui-même une histoire à un jeune garçon qu’il a arrêté le soir de Noël et dans la seconde, Gabe tente de faire ouvrir les yeux à Lou : sa femme aimante et ses deux bambins qui manque cruellement d’attention. Les premiers pas de Lou se font timides, mais une morale est au rendez-vous.

L’écriture de Cecelia Ahern est facile et à la portée de tout le monde. L’étrangeté d’Un cadeau du ciel est touchante, mais pas tellement inoubliable. C’est un bon bouquin pour passer le temps qui a une morale à la fin : rien n’est acquis et surtout il faut profiter de ce que l’on a. Il y a eu quelques bons passage, dommage qu’ils soient un peu rare. Je ne vous le déconseille pas, malgré que l’écriture de l’auteur soit comme lointaine, on lit et puis c’est tout.

Publicités

Shoe addicts – Beth Harbison

V.O : Shoe Addicts Anonymous

375 pages aux éditions Pocket

                              ● Synopsis :

Dans leur domaine, ces quatre-là font la paire. Pas un escarpin, pas un soulier, une mule, une ballerine, n’échappent à leur vigilance. Ni à leur carte bleue. En matière de chaussures, personne ne leur arrive à la cheville. Quel que soit l’état de leurs finances ou de leurs amours, Lorna, Hélène, Sandra et Joss se damneraient pour une paire de sandales, pourvu qu’elles soient au goût du jour. Une passion commune dont elle ont fait un club… Mais un talon haut ne suffit pas toujours à remonter le moral à plat : au-delà du simple échange de mocassins, c’est leur vie qu’elles se mettent bientôt à partager. Toutes ensemble, elles se mettent à rêver d’une existence à leur pointure… ça ne coûte rien d’essayer !

                              ● Mon Avis :

J’en profite d’un temps de neige douteux pour faire une nouvelle chronique. Je viens de terminer ce petit bouquin gentiment prêté, et le résultat est là : je l’ai lu quasiment d’une seule traite …

A toutes les fans de chaussures, talons aiguilles et lanières, confortables aux courbes gracieuses, ou achetées au rabais ce livre est fait pour vous. Nous y découvrons 4 inconditionnelles des souliers : Lorna, Hélène, Sandra et Joss. Un jour, Sandra monta un club les Shoe Addicts. Le but était de rassemblé uniquement des femmes de pointure 7 1/2 afin quelles puissent échanger et bavarder de leur activité préférée.

J’ai aimé les différents niveaux sociaux et leur facilité – trop peut être ? – à se mélanger. Hélène est la femme d’un candidat à la politique du pays, Joss garde deux petits monstres dont les parents huppés ne se rendent pas compte de leur existence les deux autres ont un sérieux ennuis avec leur banquier … La cause ? Les chaussures ! Ces filles là n’ont rien avoir ensemble. Chacun à un secret, enfouis et bien enfouis. Leur amitié va se créer et se tisser pour devenir effroyable à quiconque essais de toucher au groupe !

J’ai adoré la légèreté de ce roman. Moi n’étant pas fan de Chick-Lit, souvent trop nian-nian à mon goût, je me lance quand même et c’est la belle surprise ! Shoe Addicts n’est pas un livre de belle femmes, riches et célèbres croquant la vie à pleine dent. C’est un livre qui porte aussi sur les problème que chacun – poids, phobie, adultère – peut rencontrer dans sa vie. L’Amitié avec un grand  » A  » est au rendez-vous ! A mon goût un peu trop d’effusion à chaque réunions des Shoe Addicts mais c’est une très légère nuisance. En plus d’entrer dans l’univers de grands créateurs, nous parcourons des quartiers Américains dont le nom résonne délicieusement aux oreilles : exotisme et paradis ! Mais tout est bien qui finit bien pour nos héroïnes, même si les choix sont difficile … Non ?

Lilith – Kristin Cast, Alyson Noël, Richelle Mead, Kelley Armstrong, Francesca Lia Block

V.O : ?

264 pages aux éditions Black Moon

                              ● Synopsis :

Une jeune paria dont s’éprend un vampire, une créature enchanteresse qui apporte la rédemption – ou la damnation éternelle -, un château étrange où les peintures rappellent les morts à la vie, des expériences scientifiques qui tournent mal, un amour impossible entre l’élite et le commun des immortels… La tension amoureuse est palpable dans ce recueil de cinq nouvelles au milieu des séducteurs aux dents longues.

                              ● Mon Avis :

La couverture est magnifique, le titre enchanteur. Mais qui est cette Lilith ? Première fausse opinion de ma part : Lilith n’est pas le personne tout le long de ce bouquin, on ne l’aperçoit qu’à la fin. Secundo : ce sont des nouvelles. Moi qui ne suis pas fan j’ai mis un certain temps avant d’ouvrir ce livre … Mon ressentis sur les 5 nouvelles de Lilith :

* Le soleil interdit : De nouvelles créatures et l’action démarre au quart de tours, voilà une nouvelle assez rafraîchissante. Le style d’écriture de l’auteure n’est ni bon ni mauvais, ça ce lit tout simplement. Pourtant, j’ai beaucoup aimé la fluidité des actions le fait que les personnages ne se tombe pas bêtement dans les bras, il y a des repousses et des prises de risques. Malgré tout, le dénouement est connu d’avance.

* Bring Me To Life : La nouvelle la plus  » classique  » entre le fantastique et la romance, avec une pointe de Dracula. Dans cette nouvelle, la mise en place du décors est une peu longue mais chaque page est une surprise surtout la fin. Le style de l’auteur est mon préféré parmi toutes les nouvelles de Lilith. Surprenant mais d’une grande fluidité, parfois même le passé se confond avec le présent ce qui rend l’histoire encore plus mystérieuse. J’ai trouvé par contre que la fin arrivé trop vite …

* Les Autres : Attention avis surprenant : c’est ma nouvelle préférée. Un mélange de poésie noire, avec une mise en page très particulière. J’avoue avoir du recommencer plusieurs fois le début de lecture mais derrière des décors surnaturels se cache une histoire même de coeur, de passion et d’amour. Au delà d’un récit de créatures plus que bizarres, ce texte pencherait vers des pensées de métissages, de brassages de cultures qui se détestent et qui l’une avec l’autre sont complémentaires et deviennent des âmes soeurs. Un véritable coup de coeur pour cet univers très sombre, où Sol et Rheena découvrent la liberté la joie et l’amour. ♥

* Traquée : D’emblée nous avons affaire avec des vampires. Kat est une vampire et compte partir pour NY avec sa protectrice Marguerite. Malheureusement elle prend la voiture et a un accident … Et se réveille dans une chambre avec 2 garçons qui sont vampires. Moi qui adore Kelley Armstrong, je m’attendais à un peu mieux je dois dire. Traquée me fait trop pensé à Capture le second tome de la série des Femmes de l’Autremonde. Une fille est poursuivie par des méchants médecins, qui veulent en apprendre plus sur les vampires avec leur labo super développé. Sinon l’histoire est rapide à lire et l’humour de l’héroïne est aussi au rendez-vous.

* Lilith : Alors cette nouvelle là j’ai un avis plutôt négatif … Nous avons Paul Michael, garçon à part qui vit dans un monde qu’il a créer. Il est déconnecté de tous et de tous le monde et se fait souvent martyrisé par ses camarades. Un jour débarque une nouvelle élève au goût assez gothique : Lilith. Paul Michael ne pense plus qu’à elle et un soir ils s’échangent leurs sang … Alors oui je n’ai pas aimé. Le début commencé plutôt pas mal, les descriptions petites suffisaient largement le texte n’était pas lourd. Mais dès que Lilith arrive tout dérape : on dirait que l’auteur fait une avance rapide, comme s’il bâclait son texte. Tout se passe trop vite, Paul Michael donne sa confiance trop vite à Lilith, les raisons de son aide, bref tout cela passe trop vite et gâche considérablement la lecture.

Je n’aime souvent pas les nouvelles, mais ce livre là a été plutôt une belle réussite. Les nouvelles ont toutes un thème en communs et chaque auteurs à leurs manières nous plonge dans un univers différents. Ouvert à un public de tous les âges ! Par contre je trouve que le résumé de livre ( la 4eme de couverture … ) est un peu trop vendeuse, les termes  » glacer le sang  » sont un poil trop exagéré sincèrement …

Au coeur de l’Ouest – Penelope Williamson

Synopsis : À dix-sept ans, Clementine s’ennuie dans la bonne société de Boston et rêve d’un vrai cow-boy qui l’emmènerait au loin. Le jour où elle croise le regard de Gus McQueen, un séduisant éleveur, elle n’hésite pas à s’enfuir avec lui au cœur du Montana. Mais l’Ouest sauvage, avec son blizzard, ses loups affamés et ses voleurs de bétail, est bien peu hospitalier pour une jeune fille raffinée et inexpérimentée. C’est pourtant dans cette nature hostile et grandiose qu’elle va devoir apprendre à vivre auprès de celui qui est devenu son époux. Mais, surtout, c’est là qu’elle va connaître cette folle passion dont elle rêve depuis toujours pour un homme majestueux et solitaire, à l’image du Montana. Un homme qui n’est autre que le frère de son mari …

Mon Avis : Le nombre de pages peut jeter un froid, mais il en faut pour décrire cette magnifique histoire. J’ai de suite été séduite par le volume – oui c’est spécial – mais l’histoire ne l’est que plus.

Nous pouvons scinder cette histoire fictive en deux partie suivant l’évolution du personnage principal : Clémentine. La première partie sont les débuts timide de Clem, cette enfant née d’un père religieux ultra strict et d’une mère effacée qui rêve d’ailleurs. C’est déjà une enfant un peu rebelle. Et puis un jour elle croise la route de Gus qui l’épousera et qui l’emmènera vivre avec lui dans le Montana. Cette région Américaine est bien connue pour son climat rude et Clémentine devra le combattre ainsi que Raferty le frère de Gus. C’est un homme solitaire à l’opposé du cliché  » stable  » de Gus : impitoyable, mesquin, coureur de jupon et voyou à ses heures perdues, pourtant quelques chose l’attire chez ce cow-boy mystérieux. Dans cette première partie donc, l’hostilité entre l’héroïne et Raferty est clairement exposée : il veut se débarrasser d’elle et elle ne pense qu’à rester. Pourtant grâce aux épreuves quelle traversera Clémentine en sortira mûrie et plus sûre d’elle, elle deviendra une  » vraie  » du Montana et se courbera face aux saisons capricieuses sans jamais céder. Elle apprendra les  » devoirs  » d’une femme quelle n’a jamais connue chez elle.

Dans la seconde partie du roman Clémentine a quittée sa coquille d’enfant pour apparaître femme. Elle est plus sûre d’elle, met sa pensée en avant et ne se laisse pas marcher sur les pieds par les hommes. Tenir un foyer n’a plus de secret pour elle et c’est une mère accomplie. Mais en son coeur, un manque subsiste que même Gus n’arrive pas à combler. Le cow-boy de ses rêves ce n’est pas lui …

J’ai adoré cette histoire. C’est un enchaînement d’action, de passion et d’amour sur plus de 800 pages. Le style de l’auteur correspond parfaitement à l’histoire tous nos sentiments sont mobilisés à travers la lecture. De plus l’époque de l’histoire nous en apprend beaucoup plus sur les manières de nos ancêtres et nous quittons l’atmosphère  » haute sphère  » pour nous perdre dans les montagne du nord des Etats-Unis. Au final, nous voyons 3 êtres dont chacun modifiera la destinée des autres. C’est juste un véritable coup de coeur.

Edition : France Loisirs

Nbre pages : 898

Hernani – Victor Hugo

V.O : Hernani

272 pages aux éditions Larousse, petits classique.

                              ● Synopsis :

 Tout s’est éteint, flambeaux et musique de fête.

Rien que la nuit et nous ! Félicité parfaite !
Dis, ne le crois-tu pas ? Sur nous, tout en dormant,
La nature à demi veille amoureusement.
La lutte est seule aux cieux, qui comme nous repose,
Et respire avec nous l’air embaumé de rose ! Regarde : plus de feux, plus de bruit. Tout se tait.
La lune tout à l’heure à l’horizon montait, Tandis que tu parlais, sa lumière qui tremble
Et ta voix, toutes deux m’allaient an coeur ensemble ;
Je me sentais joyeuse et calme, ô mon amant !
Et j’aurais bien voulu mourir en ce moment.

(Acte V, scène 3)
7
                              ● Mon Avis :
Ma PAL avait besoin d’une diminution de toute urgence ! Plutôt que de faire la fine bouche, je pioche au hasard … Et tombe sur cette pièce de théâtre. Ayant été traumatisée – Non le mot n’est pas un peu fort ! – avec ce genre littéraire au collège j’avais une assez grosse appréhension … Et puis finalement non. Le périple s’est à peu près bien passer – ouf ! – et mon avis est plustôt favorable – ô miracle ! -.
Nous allons commencer par les points positifs – toujours être optimiste TOUJOURS ! – : la fluidité de l’histoire. En effet le thème abordé n’étant pas des plus nouveau, l’histoire se lit tout de même avec une grande légèreté. Dès les premières lignes nous entrons au coeur de l’action enfin ici, plutôt d’un mensonge.
Dona Sol notre jeune-belle-intelligente-amoureuse-richissime-convoitée jeune femme, entretient une relation secrète avec Hernani, et cela pour deux raisons : 1) elle doit se marier avec son oncle Ruy et 2) Hernani est un vilain brigand recherché. Mais, pendant leur entretient top secret, un individus se cache dans l’armoire pour les épier car lui-même est éprit de Dona Sol. Mais c’est à ce moment là que l’oncle décide d’entrer dans la chambre … Et s’ensuive sans jamais se ressembler les actions rapprochant et éloignant les deux amants Hernani et la belle Dona Sol – amant à l’époque signifiait aimé et aime en retour -.
Continuons donc avec les bons points après cette courte récapitulation de l’histoire : le vocabulaire de Hugo est tout simplement époustouflant ! Il manie les Alexandrins ces vers les plus complexes à faire avec une facilité surprenante. Le langage des personnages est parfois un peu compliqué – cela du à l’époque – mais reste tout à fait à notre portée. J’ai aussi bien aimé les dénonciation faites par Hugo dans ce livre : l’abus de la condition des rois, et bien sur de la condition de la femme. Dans Hernani le roi Don Carlos use et surtout abuse de son pouvoir pour parvenir à toutes sortes de fin : voler Dona Sol à Hernani, être élu Empereur d’Espagne par le sang et l’achat des voix … tout cela est très subtil mais en refermant le livre nous en sommes conscient. Il critique donc la condition des femmes : Dona Sol n’a comment dire … jamais son mot à dire pour sa vie future. Elle doit être mariée à un homme trois fois plus vieux quelle, le roi la veux sans lui demander son avis etc. Elle n’est qu’un objet parmi tant d’autre.
Quelques petits points négatifs : Les stéréotypes de cette histoire. Tous les hommes « politiques » semblent corrompus, pourtant que ce soit au siècle de l’auteur ou même du notre, pas tous le sont il reste quelques irréductibles petits politiciens encore normaux. Et toutes les femmes qui sont généralement la source du problème sont toutes belles à mourir, jeune etc … Un peu de changement ne ferait de mal à personne ! Second point négatif : le sort funeste de cette histoire. Après toutes les pièces lus de force , aucune – oui aucune ! – n’a jamais finit bien, je ne dis pas ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant mais une fin normale … Non jamais. SPOILER ! Ils meurent les jolis héros à la fin. FIN SPOILER. 
Vous l’aurez compris, j’ai bien aimé cette pièce. Les points négatif ne sont qu’un détail quand nous sommes dans cette histoire. Elle entraîne, elle fascine et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher Hernani . Je compte bientôt lire les trois énooooormes pavés des Misérables et cette lecture me réconforte et me relie au style de l’auteur. Ha le romantisme !

Good Bye.

* The End *

Et voilà la fin de mon blog. Merci d’être passé, j’espère que vous vous êtes laisser emporter sur l’Olympe et que vous reviendriez vite vous nourrir d’ambroisie que sont les livres !