Un tout petit mensonge – Francesca Clementis

V.O : Would I lie to you ?

458 pages aux éditions Piment

                              ● Synopsis :

En règle générale, Lauren n’est guère encline au mensonge. Le problème, c’est qu’elle n’est pas très à l’aise en société. Une vraie reine des gaffes. Aussi quand on lui présente Chris, un garçon franchement séduisant, elle se dit qu’il serait temps de se montrer brillante et spirituelle. quitte à déformer légèrement la vérité. Oh, trois fois rien… juste de quoi déclencher une cascade de quiproquos…

                              ● Mon Avis :

Me voilà de retour mes Loulous ! Après près de 15 jours en Corse auprès de ma famille, je reviens avec mes chroniques. Après quelques réussites du côté de nos chèrs Chick-Lits chéris de l’été, je tente ce bouquin où le synopsis était prometteur… Et pourtant.

En premier lieu, Lauren le personnage principal attire la sympathie. Reine des gaffe, gros requin dans l’aquarium de la société, elle n’est pas à son aise et les mensonges lui viennent encore plus rapidement que sa date de naissance. Elle fait pourtant la rencontre dans un dîner que fait sa meilleure amie de Chris, qui l’attire.
Très bien nous allons commencer par les points positifs ( si j’arrive à en trouver plusieurs … ) : la fluidité du récit – OUF ! – c’est simple à lire et vus la taille du bouquin, vus qu’il a été plus que décevant c’est un véritable plus ! Finalement, ça n’a pas été Lauren qui m’a le plus touchée et auquel je me suis le plus attachée, ça a été Izzy – soeur de Chris – . Pourquoi ? Parce qu’elle se sent à part, parce qu’elle a quelque chose d’unique qui l’a fait sortir du lot, et aussi parce quelle est pleine de bonnes actions. Je crois qu’au niveau des points positifs c’est finis ..
7
Pour les points négatifs je vais tartiner ! Tout d’abord déçue, déçue que l’histoire ne respecte pas le synopsis : La relation entre Lauren et Chris est présente au tout début et tout à la fin, tout le reste l’histoire patauge. En plus de nous faire un résumé de daube – il faut dire ce qui est ! – les personnages sont d’une nullité extrême. On devine avant même qu’il se passe l’action ce qu’il va se passer, pas une once de suspens, de mystère. Lauren m’a trop agacé : de but en blanc elle devient écolo, ne pense plus qu’à faire de la randonner comme si c’était une révélation céleste non mais –‘ ! Un peu de vérité dans vos écrits ! Faite ça en douceur pour que ça fasse plus vrai quoi ! Creuser plus vos personnages.
7
En bref : HEUREUSEMENT que c’est simple à lire, et je me suis forcée à finir. Une fois de plus déception dans les Chick-Lit, sérieusement je commence à me lasser là … Faites mieux !
7

Aïcha, la bien-aimée du Prophète – Geneviève Chauvel

V.O : Aïcha la bien aimée du Prophète

406 pages aux éditions Le Livre de Poche

                              ● Synopsis :

Choisie dès sa plus tendre enfance par Mahomet, Aïcha ne le quittera plus jamais. Témoin privilégié des révélations envoyées au Prophète, elle sera parmi les premières à en retranscrire les versets, prenant ainsi une part centrale à la naissance de l’Islam. Depuis l’Hégire à Médine jusqu’à la bataille du Chameau, Geneviève Chauvel, retrace avec une attention minutieuse, l’épopée magnifique de la « Mère des Croyants », figure d’exception à la vitalité et au prestige inégalés. Un ouvrage qui éclaire d’un jour inattendu les racines et la genèse du monde musulman, ainsi que la place de la femme dans l’Islam.

                              ● Mon Avis :

Livre que j’ai depuis longtemps – il a été choisit au hasard aussi – et je n’avais pas eu plus envie que ça de le lire jusqu’au moment où j’ai lus les première page … et je l’ai dévoré !

Livre sur l’Histoire de l’Islam, son commencement et moi qui ne connaissait que très peu cette religion j’ai été enchantée de la découvrir. Je débute donc ma lecture et je remarque des verset du Coran à l’intérieur … Je n’aime pas tellement lire ce genre de choses surtout si elles sont longues donc j’ai lu les plus courtes et laissé les plus longues sur le côté. Madame Chauvel nous dit dans ce livre que Mahomet est un homme comme les autres, il se croit fou car il entend la voix de Dieu et aussi parce qu’il rêve de l’ange Gabriel… Que dire sur ça ? Je ne sais que penser. Beaucoup croit que ce ne sont que des foutaises, que l’auteure nous balade complètement, à ça je ne peux pas répondre … Parlons maintenant du fond de l’histoire : elle raconte la vie d’Aïcha en vérité, bien plus que du Prophète même s’il est aussi très important : nous découvrons les circonstances de la naissance d’Aïcha – sa mère a faillit mourir en lui donnant la vie – et nous la suivront jusqu’à sa mort. Pourquoi Mahomet l’a choisie elle ? Parce qu’il a rêvé d’elle, l’ange Gabriel lui disant quelle était sa promise et Mahomet se soumet à la parole divine. Aïcha épousera donc son Prophète, connaîtra les plaisirs de la chair avec lui, l’accompagnera dans ses déplacements et le soutiendra. Nous comprenons au fil des pages qu’elle aime Mahomet vraiment – ça par contre j’ai trouvé ça trop gros à avaler, pile l’homme de sa vie … Bon ok c’est l’histoire du Prophète Musulman mais bon … – et devient jalouse quand Mahomet prend des concubines. Ce sera dans son lit que Mahomet entre en transe pour entendre la parole de Dieu, elle le conseillera et l’écoutera.
7
Nous voyons dans ce livre toute l’amplitude de la religion, elle est partout ça fait partie du quotidien, c’est même elle qui rythme la vie des gens. Petit point négatif : le mariage d’une fillette de 9 ans à un adulte de 53 ans … Pour moi c’est totalement n’importe quoi mais c’est un avis personnel. ATTENTION : J’ai lu bon nombre d’avis sur ce livre très négatifs : l’auteure ne traduirait pas fidèlement des versets du Coran, dirait n’importe quoi sur le Prophète. A vous de voir si vous voulez le lire ou non ! D’un point de vus d’une personne qui ne connait quasiment rien de la religion musulmane j’ai trouvé que c’est une lecture divertissante et enrichissante.
7

Je ne veux pas te perdre – Barbara Cartland

V.O : Never lose love

158 pages aux éditions J’ai Lu

                              ● Synopsis :

Après la mort de sa mère, Josina se retrouve seule en Italie, sans un sou. Elle n’a pas d’autre choix que d’obéir aux dernières volontés de sa mère et de regagner l’Angleterre. Peut-être ce cousin éloigné acceptera-t-il de l’aider ? Contre toute attente, ce n’est pas un vieux monsieur acariâtre qui la reçoit. Non, c’est un homme jeune et séduisant, qui lui accorde l’hospitalité sans hésiter. Mais n’est-ce pas abuser de sa générosité ? Josina se sent terriblement gauche, dans ce milieu qu’elle ne connaît pas. Elle ne veut pas s’imposer. Dès demain, elle partira. Mais où aller ?

                              ● Mon Avis :

Voilà, je viens de finir mon premier Cartland. J’ai un avis assez mitigé, je m’attendais à un peu mieux que ça tout de même, car je suis une grande amatrice d’histoire à l’eau de rôôôôôôôôse et du bôôôôô prince charmant, mais là j’ai été un peu déçue oui.

Tout d’abord le début : Il se passe relativement vite, le voyage du couvent de Josina vers la maison de sa mère est raconté assez vite, pas d’ennuis jusqu’ici. Ensuite vient pour Josina d’entendre les dernières volontés de sa mère, là passage très intéressant ou l’on cerne les personnages : une mère qui a quitté son rend de princesse pour se marier avec un homme de classe inférieure avec lequel elle a vécu l’amour passionnel, mais qui a eu pour conséquence de la bannir de la famille Nevon, ensuite on apprend qu’elle se laisse mourir car son mari est mort dans un duel, qu’ils ont eu une petite fille Josina qui adoré ses parents et qui les a toujours pris pour modèle, en bref on apprend le pourquoi de l’histoire, ainsi que le passé des personnages ce que j’aime assez. Arrive ensuite son départ après la tragédie où elle doit se présenter dans une famille qui ne l’a en aucun cas connu, et demander l’asile. Elle tombe nez à nez avec le duc qui règne sur la famille, qui est jeune et séduisant.
7
Malgré les péripéties qui arrivera au château j’ai trouvé l’histoire d’amour entre le duc et Josina trop lointaine dans le récit – elle ne démarre vraiment que vers la page 120, sachant qu’il n’y a que 158 pages dans ce livre – cela m’a déçue. J’aurais voulu que ce soit moins mystérieux, plus concret. Second point négatif : l’invraisemblance de ce récit. Tout arrive pile poil : son départ alors que les domestiques devraient la retenir, le peintre quelle découvre d’un coup sur des tombes sur lesquelles elle n’est JAMAIS aller … bref trop de choses qui nous arriverait un coup sur 2 00 000 000. Malgré tout des points positifs : Son envie de partir et de ne pas se laisser faire pour Josina, j’ai admiré son courage – comme celui de sa mère d’ailleurs – c’est un très bon point – j’ai la sainte HORREUR que les personnages se laissent faire – . Alors voilà un avis très très mitigé sur ce bouquin, bon pour passer le temps mais surement pas un chef-d’oeuvre romantique.
7

L’amour et son contraire – Julie Buxbaum

V.O : The opposite of love

416 pages aux éditions France Loisirs

                              ● Synopsis :

 À vingt-neuf ans, Emily Haxby a tout pour être heureuse : elle vit à New York, elle est avocate dans un célèbre cabinet d’affaires, et Andrew son compagnon s’apprête à la demander en mariage. Mais, soudain, elle décide de le quitter.
Emily est certaine d’avoir pris la bonne décision, et pourtant elle serait bien en peine de l’expliquer à ses proches. En dépit de son esprit bravache et de son apparente indépendance, elle doit bientôt reconnaître que cette séparation avec Andrew n’a pas grand-chose à voir avec lui, mais plutôt avec elle. Jess, sa meilleure amie est la première à l’alarmer : « Comment peux-tu être la personne la plus marrante que je connaisse et aussi la plus malheureuse ? Ça ne t’épuise pas ? »
Mais, dans l’immédiat, Emily n’a pas le temps de se poser trop de questions. Son patron, Carl, l’a mise sur une affaire brûlante : Synergon, une multinationale, est poursuivie par une cinquantaine de familles de l’Arkansas pour pollution de l’eau et prolifération des cas de cancers. Les dossiers s’empilent et les nuits s’enchaînent entre les quatre murs de son bureau. Mais lorsque Carl lui fait des avances parce qu’il croit avoir tous les droits sur elle, elle n’y tient plus et démissionne.
Car, en plus de ses remords sentimentaux, Emily a appris que son grand-père, l’inénarrable Papi Jack, est en train de mourir. Elle réalise que la vie est courte et qu’il est temps d’affronter ses vieux démons : elle entame une analyse, renoue avec son père, aide les siens face à la maladie. La disparition de Papi Jack fait écho à une autre, celle de sa mère, décédée lorsqu’elle avait quatorze ans. Un deuil qu’elle est prête à accepter aujourd’hui.

                              ● Mon Avis :

Voilà je viens d’en finir la dernière page il y a quelques instant et je tiens – tant que ma mémoire de poisson rouge est encore là – à vous le faire partager tout de suite ! Voilà l’histoire presque banale de notre héroïne : Emily – ou Em -, elle travaille dans un grand cabinet d’avocat, a un chéri-chéri qui veut l’épouser mais fou tout en l’air. Pourquoi ? Même pas elle ne le sait, et les remises en questions commence.

Ce livre est une réussite ! Moi qui ai souvent été – pas déçue – mais d’avis très moyen sur les Chick-List celui-ci est génial ! Emily a tout de l’héroïne contemporaine : une douleur dans le passé qui est la cause de ses malheurs aujourd’hui, un poste dans un grand cabinet d’avocat, un petit ami génial mais elle a ses propres démons à gérer, résultats : elle fou en l’air sa vie de couple, parce quelle a peur d’être délaissée et elle a peur d’aimée. Pourquoi j’ai été autant attachée à Em ? Tout simplement parce qu’elle me ressemble. Je me suis vraiment identifiée à elle, ce quelle pense je l’ai pensé, ce quelle fait je l’ai fait moi aussi, et je me suis un peu re-découverte en elle – bon le salaire du cabinet en moins il faut dire … – . Ce livre est une constante remise en question : pourquoi faire si ? Pourquoi pas sa ? Pourquoi je réagis comme ça face à telle ou telle chose ? Avec Emily on déprime, on rit, on pleure on saute de joie face à des problèmes comme le harcèlement au travail quand elle arrive à s’en débarrasser. On pleure quand Papy Jack fait ses adieux, on est soulagé de voir notre Em mieux, de voir quelle a repris le contrôle sur sa vie – et pas QUE sur son canapé … – Julie Buxbaum signe ici un grand livre sur l’amour, mais pas seulement l’amour d’un petit ami, l’amour de famille, les liens qui unit les uns les autres face à l’adversité, face à la mort. Un petit bijou d’expressions où chacun se reconnaîtra à un moment ou à un autre. Vive les héroïne contemporaine, dans le fabuleux USA ! Tout petit bémol, passage que j’ai vraiment peu apprécié mais bon, c’est pas tragique non plus : les passages chez la psy. Je pense que l’auteure nous retranscris fidèlement un passage chez un psy mais la technique de celui-ci est barbante, ce qui ne vaudra pas pour ce livre les 5 petites étoiles mais seulement 4 … Bon ok voir 4 et 3/4 d’une autre si je le pouvais.
7

Douce nuit – Mary Higgins Clark

V.O : Silent Night

185 pages aux éditions Le Livre de Poche

                              ● Synopsis :

Brian, sept ans, n’a plus qu’une seule idée, qu’un seul espoir : la médaille de Saint-Christophe, donnée par sa grand-mère, pourrait sauver la vie à son papa, hospitalisé pour une grave maladie… C’est grand-mère qui l’affirme, elle ne peut pas se tromper. Aussi, lorsqu’une inconnue s’enfuit avec le portefeuille tombé du sac de sa mère, où se trouve la médaille, il n’hésite pas à se lancer à ses trousses, abandonnant la féerie du Rockefeller Center illuminé pour la nuit de Noël. Et le cauchemar commence, pour Brian et sa mère.

                              ● Mon Avis :

Fan de policier, les Mary Higgins Clark sont LES livres à lire pour satisfaire ma faim. Et comme d’habitude, il n’y a pas d’exceptions ! Un petit suspens, sûrement pas le meilleur de cette auteure, mais on reconnaît bien l’écriture forte et pleine de mystère.

Le style de l’auteur est toujours le même. Le suspens nous tient jusqu’au bout, des personnages attachants et certains que l’on déteste. J’ai beaucoup aimé le fait que ce ne soit pas Mort Lévy – l’inspecteur qui est le plus mis en avant – qui règle cette affaire mais un autre, cela permet de ne pas deviner la véritable fin de cette histoire. Noël est pour moi la plus belle fête de l’année et l’auteure nous plonge à travers Douce Nuit dans les festivités mais aussi la peur et le désespoir.

Pour les personnages, je mets en avant Brian le jeune garçon enlevé. Malgré son jeune âge sont courage est tellement fort qu’il bravera les dangers et sa peur envers son ravisseur pour sa foi.

En résumé, un bon petit bouquin de suspens qui se finit bien. On découvre diverses régions des Etats-Unis et nous suivons avec anxiété l’avancée de l’enquête. Malgré tout j’aurais voulu un peu plus d’inventivité dans ce bouquin, le méchant inspecteur et le gentil trop souvent mal ré-inventé en matière de policier.

Frisson T1 – Maggie Stiefvater

V.O : Shiver

478 pages aux éditions Black Moon

                              ● Synopsis :

Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. A 11 ans, elle s’est faite attaquée par une horde de loups mais a survécu malgré les morsures, sauvée par un des loups de la bande. Les années ont passé, et un lien étrange s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. Lorsque Jack, un élève de son lycée, est retrouvé mort suite à une attaque identique à celle de Grace, la ville lance des chasseurs à travers la forêt. La plupart des loups parviennent à échapper aux balles, mais pas celui de Grace. Grace trouve alors devant chez elle un jeune homme blessé au regard étrangement familier…

                              ● Mon Avis :

Un grand merci à ma collègue qui m’a prêté ce livre. Plonger dans l’univers de Frisson a été génial, un mélange de fantastique et de romance. Je recommande ce livre !

Le style de l’auteur est assez classique en somme, très fluide et des personnages attachants. Les descriptions des paysages sont bien faites, on ressent bien les couleurs décrites, il y a juste ce qu’il faut pour nous donner des bribes des forêts tantôt lugubres, tantôt dorées de l’univers de Grace.

J’ai bien appréciée l’histoire. A mi chemin entre l’histoire fantastique – avec les garous – et la romance qui se noue entre Grace et Sam, rien avoir avec les autres histoires Bit-Lit : l’amour dans ce premier tome est présent oui, mais ne gâche pas l’histoire et l’intrigue en général en parole trop mielleuse – merci à notre Sam et sa retenue ^^ -. La présence de loup et non de personnages mi-homme mi-loup fait sortir encore un peu plus ce bouquin des autres. Le mélange est parfaitement homogène et bien dosé, en aucun moment l’imaginaire et la romance ne prennent le pas l’un sur l’autre. Un autre atout de ce tome c’est l’alternance des chapitres, nous avons Grace puis Sam qui tour à tour donnent leur point de vue dans des chapitres différent. La température est aussi affichée à côté du nom au début de chaque chapitre et c’est au milieu du roman que nous apprendrons l’importance de la température.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup apprécié Sam. Pas d’effusion d’affection contrairement à ce que d’autre personnage sont experts, il est respectueux mais torturé. Son histoire avec Grace s’annonce mal, pourtant il fera tout pour éviter … l’inévitable.

Pour ce premier tome, le mot qui me vient c’est : intrigant. Pas forcément innovant mais très intrigant, je meurs d’envie de me mettre au tome 2. C’est un bouquin qui se déguste, s’apprécie malgré des dialogues simples. Tous le long des pages, nous en apprenons plus sur les personnages, nous découvrons par exemple une Isobel par si exécrable que sa. Pour finir, ce tome nous laisse juste ce qu’il faut en haleine pour que l’on se précipite vers le tome 2 ! Ce que je vais faire ce pas.

– Avis sur le Tome 2 ici

Ce crétin de prince charmant – Agathe Hochberg

V.O : Ce crétin de prince charmant

246 pages aux éditions Pocket

                              ● Synopsis :

Une chose est sûre : le chevalier servant n’existe pas! Beau parleur, mesquin, égoïste, obsédé, irresponsable, voire désespérément immature, le mâle du XXIème siècle pencherais plutôt du côté « odieux crapaud », avec tout ce qu’il faut de ridicule et de veulerie affichée. Et ce n’est ni Ariane, jeune Parisienne branchée, mariée « par intérim » à un jeune loup de la finance aussi agaçant qu’absent, ni Justine, charmante célibataire juive new-yorkaise adepte des cuites au saké et nevrosée de première, qui vous diront le contraire. La preuve, les innombrables et irrésistibles mails que nos deux trentenaires délaissées – et déchaînée – ont décidé de s’envoyer le temps d’un jeu de massacre trans-atlantique à la fois acerbe et drolatique.

                              ● Mon Avis :

L’un des premiers romans Chick-Lit que j’ai lus, et je n’ai pas été tellement emballée … Donc je vais vous décrire l’histoire de Ariane et Justine, et même si l’histoire pour moi a été très bof, il y a des points positifs.
Ce sont deux femmes banales, même trop banale. Pourquoi est-ce que c’est pas bien hein ? C’est barbant je dirais. Personnellement je lis des livres pour m’évader, et pas pour revenir dans mon quotidien trop quotidien. Continuons avec les points pas trop positifs : le crucial manque d’humour. En effet j’ai trouvé que l’humour dans ce livre n’arrivait que vers la fin et encore par petite dose – notamment quand l’une des deux héroïnes est dans les bois perdues j’ai adoré ! – mais tous cet humour n’est pas suffisant pour un livre Chick-Lit je trouve. On passe aux points positifs : Utilisation des nouvelle technologie, c’est vraiment un roman contemporains où tout le monde peut se retrouver – avec les échanges de e-mails des deux amies – , il y a une relation d’amitié qui peut paraître impossible car l’une habite aux USA et l’autre à Paris et pourtant …

Agathe Hochberg nous parle de vérité aussi : qui n’a pas rêvé mettre dans une pièce aux tortures ses exs ? Les e-mails sont à eux seuls aussi des points positifs : On s’y croirait et l’auteur rajoute même ce que font les deux amies – mange des céréales par exemple – on se sent impliqué dans la vie des deux jeunes femmes et ça nous rapproche d’elles. Malgré de se s’être vus qu’une seule fois dans un mariage commun nous pouvons voir que dans ces mails les deux héroïnes se dévoilent, se racontent comme le ferais deux adolescentes. Pour tout résumé : Vous l’avez compris j’ai un avis très mitigé. Ce livre est très moyen, le titre colle parfaitement au bouquin : la vie banale de deux femmes, qui critiquent les hommes de maintenant et font face à leurs désillusions. Ce n’est surement pas le meilleur Chick-Lit que j’ai lu, l’humour fait trop défaut, le style est trop léger. Il atteint preeeeeesque la moyenne !

Le Dernier Jour d’un condamné – Victor Hugo

V.O : Le dernier jour d’un condamné

97 pages aux éditions Folio

                              ● Synopsis :

Victor Hugo nous fait vivre intensément les derniers moments d’un être que la justice des hommes a condamné à mort. Espoir et désespoir, joies et souffrances, le séisme moral que subit cet homme, l’électrochoc de sa fin prochaine révoltent le lecteur. Ce livre est si fort, si intense, si éclatant, qu’au fond de notre âme quelque chose se fêle…

                              ● Mon Avis :

 Grand classique que j’ai eu la chance d’étudié au lycée. On apprend beaucoup de chose sur les opinions politiques de Victor Hugo – qui est d’ailleurs le français à avoir utilisé le plus de vocabulaire de la langue dans ses oeuvres -. Mais c’est un récit très mystérieux.

Nous avons donc ici l’histoire d’un condamné à la peine capitale. Nous vivons avec lui ses derniers jours, ses tourments – quand sa fille ne le reconnaît pas et le prend pour un étranger -.
7
Pourquoi c’est un livre qui marque ? Parce que nous ne savons pas qui est exactement ce condamné, ce qu’il a fait donc ce livre peut être le récit de tous les condamnés à la peine de mort et je pense que paradoxalement c’est ce qui fait le charme à cette histoire, et rehausse dans mon estime le talent de Hugo pour garder le mystère jusqu’au bout.
7
Au niveau de l’histoire et du style de l’auteur : un vocabulaire simple, mais une histoire complexe en peu de pages : Notre condamné se pose énormément de questions sur ce qu’il y a après la mort, pense à s’échapper mainte fois. Prenant position et dénonçant la mort d’un homme par un autre homme Victor Hugo ne nous laisse qu’une seule question au quelle répondre : Est-ce que un homme peut décider de la mort d’un autre homme ? Un classique à lire .
7

Dante T1 – Alexandra Ivy

V.O : When Darkness Comes

382 pages aux éditions Milady

                              ● Synopsis :

Ce fut une journée chargée pour Abby Barlow. Dans à peine quelques heures, elle a survécu à une explosion, vu son employeur mourir, a fait un rêve saisissant et maintenant elle se trouve dans un hôtel miteux avec le sexy et suréel Dante, un homme qu’elle désire et craint. Depuis 341 ans, Dante est gardien auprès du Calice, une humaine choisie pour retenir la pénombre. Un terrible coup du sort a décidé qu’Abby serait dorénavant cette femme. Trois heures plus tôt, Dante aurait usé de tous ses charmes pour la séduire. Maintenant, son rôle est de la protéger. Et il en sera ainsi jusqu’à sa propre mort. Un plan terrifiant est en marche, un plan qui va plonger Dante et Abby au cœur d’une bataille épique entre le bien et le mal… et d’une course désespérée pour sauver leur amour…

                              ● Mon Avis :

Encore une petite nouveauté chez les Bit-Lit, comme je suis assez friande de ces histoires qui se lise vite et sans avoir d’être beaucoup concentré, je me met donc à ma lecture.

Tout d’abord, un poil de manque d’originalité de la part d’Alexandra Ivy, le fait que l’auteure ne développe pas assez ses descriptions concernant les monstres présent dans ce bouquin – en dehors de Dante bien sur, – me fait penser à n’importe quel autre livre pas comme Ne jamais tomber amoureuse, où c’est un univers tout nouveau qui est créer. Autre point un peu négatif – mais qui ne m’a pas tellement gênée j’adôôôre les histoire de love to love – l’amour est très très présent et l’attirance sexuelle, dans ce livre. L’intrigue aurait pu être un poil plus exploitée non ?
7
Concernant l’intrigue, c’est sympatoche de suivre notre Abby dans sa quête à sauvegarder sa vie – oui pas d’anneau à détruire pour que les forces du mal cesse d’exister hein – mais il faut se sortir du pétrin. Quoi de mieux pour cela que le plus sexy, beau et arrogant personnage que Dante ? En effet à eux deux et suivis progressivement par d’autre personnage, ils doivent trouver des sorcières – rien de nouveau sous le soleil – pour transférer le Calice qui a pris part dans le corps de Abby, dans un autre corps.
7
Au niveau des personnages : Abby – celle qui a le Calice en elle – , Dante – celui qui doit protéger au détriment de sa vie le Calice – et Viper – qui lui sera le personnage principal du tome 2 ! Et Viper va aider les deux tourtereaux à s’en sortir – . Abby a l’art de s’attirer des ennuis, mais c’est une femme au caractère bien trempée que nous avons là ! Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds quand bien même elle est attirée par notre Dante. Dante est … Dante. Un vampirus sixibus, comme on les aime. Très charmeur, arrogant il est attiré comme un aimant par notre Abby, et quand bien même il ne le serait pas, il le faut puisqu’il doit protéger le Calice. Et nous avons Viper, qui a la langue exactement comme son nom. Un peu beaucoup arrogant, mais prêt à tout quand on touche aux gens qu’il aime. Il est craint et respecter – parce qu’il est vieux ce vampire ouais ! -.
7
En BREF – je sais que vous en rêviez de ce bref – style toujours aussi simple chez nos auteur Bit-Litiste chéris, une lecture agréable comme je le disais sans prise de tête, où il y a pas mal d’humour ! J’ai bien apprécié, ça fait bien passer le temps. Manque un peu de dialogues développés sinon c’est assez GOOD GOOD dans l’ensemble !
7
– Mon avis sur le tome 2 ici
– Mon avis sur le tome 3 ici – 
7

Mémoire d’une nuit d’orage – Nancy Pickard

V.O : The scent and rain and lightning

455 pages aux éditions France Loisirs

                              ● Synopsis :

 Jody n’était qu’une enfant lorsque ses parents furent assassinés. Vingt-trois ans plus tard, c’est pour elle un choc d’une grande violence quand elle apprend que leur meurtrier est libéré. Tandis que ses vieilles blessures se rouvrent, de nouvelles questions l’assaillent : Que s’est-il vraiment passé le soir du meurtre ? Pourquoi n’a-t-on jamais retrouvé le corps de sa mère ? Et si la vérité n’était pas celle qu’elle avait toujours crue ? Un roman dont la forte intensité dramatique et le suspense vous tiendront en haleine jusqu’à la dernière page.

                              ● Mon Avis :

L’un de mes derniers bouquins achetés avec France Loisirs, compte tenus du peu qu’ils proposent. Mais découvrir ce livre policier en avant première a été une expérience géniale.

Le style de l’auteur est assez simple. Les dialogues sont bien imbriqués au suspens et à l’action. Les descriptions faites des paysages nous laissent penser à un coin magique des Etats-Unis, un endroit où paysans et roches vivent ensemble, un style très plaisant.

Une histoire assez classique, des personnages dont les rôles ont été déjà vus. Malgré tout, le dénouement de cette tragédie où nous apprenons la vérité a été une surprise pour moi je n’aurais pas cru ça. Comme je l’ai dis précédemment j’ai aimé le paysage décris – rude, instable – et les gens qui peuplent ces terres – paysans qui apprennent à vivre avec les caprices des éléments -. Leur style de famille des Linder très unie, très protectrice les uns envers les autres a été très bien décrite. L’ordre de respect est présent tout le long du texte et la femme a autant de poids dans les décisions des hommes. On pourrait voir aussi dans ce bouquin une critique des autorité locale – le shérif – qui a accusé un innocent pour un crime qu’il n’a pas commit.

Au niveau des personnages j’ai adoré Annabelle la grand-mère de Jody. A la fois tendre, protectrice et autoritaire le couple qu’ils forment avec Hugh senior est parfait. Chase, le séducteur invétéré est très mystérieux malgré tout, je m’attendais à ce qu’il sautent sur sa belle-soeur mais il n’en a rien fait ce qui m’a surprise. J’aurais voulu que l’auteur développe un peu plus sur Bobby – un autre frère -, le livre renferme peu d’informations sur lui j’aurais aimé en savoir plus. J’ai détesté la mère de Jody – Laurie – femme trop sûre d’elle, se servant des gens et ne s’étant marier avec Hugh-Jay que pour l’argent de ses parents.

En général : Un bon petit policier ! Pas de suspens à la MHC mais quand même l’histoire ne s’essouffle pas, les flash-back s’assemble très bien dans l’histoire, ça ne nous perd pas contrairement à d’autres bouquins. Les pages défilent et c’est avec joie que nous voyons la petite Jody grandir. Un petit plus : la – petite – histoire d’amour qui naît envers et contre tout. Dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé, policier mais sans prise de tête.