Rien de grave – Justine Lévy

V.O : Rien de grave

221 pages aux éditions Le Livre de Poche.

                              ● Synopsis :

 » Tu t’attendais à quoi ? je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J’ai lancé le cadre par terre, le verre s’est brisé mais comme c’était pas assez j’ai bondi du lit et j’ai déchiré la photo, celle qu’il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu’on ne connaissait pas à notre mariage qu’on est partis avant la fin. Il a eu l’air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu’il n’aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c’est le contraire, rien ne me fait plus peur qu’une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu’elle promet, qu’elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c’était la meilleure chose qui puisse m’arriver, qu’il me quitte. Comment j’aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n’existais pas.

                              ● Mon Avis :

Encore un énième livre pris au hasard et merci encore une fois car le hasard fait bien les choses !

Ce bouquin est une autobiographie romancée. Elle parle de la véritable rupture de Justine Lévy avec le philosophe Raphaël Enthoven, qui l’a quitta pour … Carla Bruni !
7
Ici l’auteure nous parle d’une rupture très très douloureuse, d’une mère malade mais qui ne le sait pas encore.
7
Comment vous dire à quel point j’ai aimé ce livre ? Tout d’abord j’adore quand le sujet principal sont les sentiments. Il y a toujours quelque chose à en tirer. Donc j’ouvre ce bouquin et je tombe sur une mine d’or d’expressions des sentiments, les propos de Lévy sont dur parfois près de la folie mais d’une totale justesse. Elle n’épargne rien ni personne, pas même elle et quand l’histoire peut être cruelle et profonde elle peut aussi être tendre et émouvante.
7
Sur son style d’écriture ce que l’on ressent d’abord : la douleur. Elle est toujours présente dans l’une des épreuves qui a du être la plus dure de sa vie et même dans des passages plus  » gai  » il y a toujours l’ombre de la douleur qui plane. Justine Lévy nous fait découvrir ses peurs, ce qu’elle hait comme les photos qui sont pour elles les pires faux-culs du monde. Je pense que chacune de nous peut, à un moment ou un autre nous retrouver en Lévy, ce malheur qui s’abat on ne sait jamais d’où il provient mais une chose est sure : il nous mine. L’auteure utilise des phrases longue, soit avec beaucoup de virgule mais à part ça, il y a peu de ponctuation. Et enfin … J’ai vus que celle que critique, que dénigre le plus Justine Lévy c’est elle-même. Elle se remet en question, elle prend de nouvelles résolutions, même si Adrien  – Raphaël – et Paula – Carla – se font bien tirer dessus !
7
En résumé : C’est un livre à lire, c’est pur et dur mais totalement vrai. C’est un livre qui va rester dans ma mémoire et je compte bien lire les autres de cette auteure.
7
Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :