Le dieu qui était mort si jeune – Frédéric Boyer

V.O : Le Dieu qui était mort si jeune

108 aux éditions P.O.L

                              ● Synopsis :

Le dieu qui était mort si jeune est un emportement, un texte de foi. Dans un mouvement excessif, c’est-à-dire à l’opposé de la sagesse et de la raison, haletant, éperdu, il chante la gloire de Jésus en tant qu’homme parmi les hommes, homme parmi ses frères. Il éclaire la démarche littéraire et philosophique de Frédéric Boyer en même temps qu’il la prolonge.
Frédéric Boyer est un écrivain chrétien. Son attitude singulière, y compris pour ceux qui se réclament de la même foi, n’est pas dans l’acceptation, elle est dans la colère, dans la violence, la recherche et le risque.

                              ● Mon Avis :

Longtemps dans ma PAL, je me lance et je tente. Ce n’était pas tellement à quoi je m’attendais …

Ici aucun personnage, aucune intrigue aucun but. Sauf 1 : l’auteur proclame son amour pour Jésus et la Chrétienté. Avec de nombreux exemple tiré du Nouveau Testament , il décrit la vie de Jésus. Le livre est structuré en « parties » chacun commençant de la même manière : J’aime Jésus car … . Frédéric Boyer dans ce bouquin nous explique selon lui, ce qui fait de Jésus un dieu à part, un dieu proche de l’homme car un homme lui-même. Que nous ne pouvons nous connaître et connaître Jésus que par la méconnaissance que nous avons de lui et surtout par ses absences. Que Jésus est un homme à part entière, qu’il nous dicte d’aimer son prochain et de l’aider car l’amour de dieu est un amour entier et qui aidera les peuples à vivre en paix entre eux.

Pour résumé : Au début j’ai été assez déroutée et pour tout dire, pas tellement enchantée. J’étais ravie que ce bouquin ne comporte que quelques pages parce que ce genre ce lecture ce n’est pas ma tasse de thé. Je lis pour me divertir, plonger dans un autre monde . Et quelques part on plonge littéralement dans un autre monde. L’auteur nous ouvre les portes de sa plus profonde foi, sa plus grande conviction. J’ai aimé le vocabulaire très riche de ce tout petit livre, un vocabulaire qui nous perd aussi parfois … Dommage. Quelques rares bon côté qui renforcent un bouquin parfois ennuyeux où les passages compréhensibles se font rares et où il faut parfois trop réfléchir pour savoir où l’auteur veut en venir.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :