Tout pour être heureuse – Maria Beaumont

V.O : Tout pour être heureuse ?

404 pages aux éditions Piment

                              ● Synopsis :

Dans la veine de Jennifer Weiner et de Marian Keyes, une comédie chaleureuse et émouvante sur une mère de famille au bord de la crise de nerfs et qui a bien du mal à consommer avec modération.

                              ● Mon Avis :

Un roman mélangeant Chick-Lit et humoristique. Un avis assez mitigé aussi …

Pour le style de l’auteur : Ce livre étant classé principalement sous le signe de l’humour je m’attendais à rire souvent. Peut être que le style plat, standard n’a rien fait pour. Une histoire qui se suit et se lit sans rien de particulier dans le style de l’auteur pour mettre en avant ses personnages. Une histoire qui emmène le lecteur du début à la fin du livre sans apporter grand chose au niveau des émotions.

Pour les personnages : La CATASTROPHE ! Aucune accroche. Fran, le personnage précurseur m’a plus énervé qu’autre chose. Sans cesse en train de pleurnicher, de se fixer des objectifs quelle ne tient jamais et remet la faute sur son envie d’être avec ses enfants pour se revaloriser. Une mère de famille qui se prend des remarques en pleine figure et qui ne réagit pas, une mère sans conviction qui se laisse abattre pour un rien. Je veux bien qu’un personnage puisse manquer de confiance en soi mais tout au long des 404 pages ça en devient plus que lourd. Pour les autres personnages : Pas trop de risques non plus pour les amies de Fran, Sureya et Summer. Pas trop de frivolités, des amitiés qui empestent la guimauve et le  » pour toujours  » trop cliché à mon goût. Un réel dommage …

En résumé : Encore un ChickLit/Humoristique décevant … Un cruel manque d’humour dans ce roman malgré quelques passages qui arrachent de force un sourire. Des personnages trop banals voir carrément énervant, heureusement que la trahison de Richard va amené un peu de piquant et surtout faire sortir les épines de Fran ! Sinon c’est plat. Une intrigue sans réel but, mais le bouquin finit par une note assez positive, après 404 pages, l’auteur laisse imaginer aux lecteurs que Fran retrouve un emploi et surtout une vie stable. Néanmoins, Maria Beaumont met en avant un sujet assez tabou dans les familles : la dépression postnatale. Les personnages mettent le doigt dessus et ne taisent pas ce fait qui gâche des familles entières. Pas de tabou, Sureya et Summer sans détour n’hésitent pas à demander : ce n’est pas à cause de ça ? L’un des seuls point positifs de ce bouquin…

Sainte Futile – Alix Girod de l’Ain

V.O : Sainte Futile

305 pages aux éditions Anne Carrière

                              ● Synopsis :

 Les articles d’humeur de Pauline Orman-Perrin, dite POP, dans le magazine Modelle, ont fait sa réputation de journaliste vive, rigolote et gâtée. Après un douloureux accident du travail dans une boutique à la mode et une rencontre – rêvée ? – avec Dieu, POP se voit confier une mission : donner du sens à sa vie. Mais transformer une famille désordonnée et joyeuse en cellule d’accomplissement de soi et un magazine féminin en temple de la quête de sens, est-ce bien raisonnable ? Son mari et ses enfants s’habitueront-ils à la personne d’humeur égale qui leur tient lieu d’épouse et de mère ? Les rédactrices en chef de Modelle, continueront-elles à employer une journaliste qui refuse d’écrire la moindre perfidie sur qui que ce soit ?

                              ● Mon Avis :

Encore un petit Chick-Lit pour mon été. Le titre me plaisait bien et me donnais l’impression d’avoir à lire un peu du genre Gossip Girl hé bien je dois dire que non.

Nous avons Pauline Orman-Perrin dites POP, une journaliste pour magazine de mode que les lectrices adorent. Elle est futile – Hahaha ! – ne vis que pour interviewer Brad Pitt, que pour s’habiller en tailleur de marque. Mais un accident avec des bouteilles d’eau minérales va faire basculer sa vie et va la changer radicalement.
7
Je vais être franche, c’est ENCORE une déception au niveau des Chick-Lit – et dire qu’il m’en reste au moins 3 ! -, pourquoi me direz-vous ? Notre POP m’a complètement saoulé. D’une femme superficielle avant son terrîîîîîîîble accident, nous avons après une femme transformée en Sainte Catherine. D’un extrême elle passe à l’autre car elle a rencontré Dieu sous la forme de Karl Lagerfeld. Pour revenir près de siens, Dieu lui donne la mission – si vous l’accepter – de faire le Bien, l’Utile le bon quoi. J’ai d’ailleurs trouvé la transition entre son ancienne et sa nouvelle vie totalement absurde et grotesque. Elle se met à ouvrir son karma, à fréquenter des temples à s’habiller qu’en matière 100% bio, bref un ennuis monstre. Ce livre est trop plat, et même l’humour – je dois dire qu’il y en a un peu quand même – n’est pas assez présent. L’idée était assez bonne mais l’auteur n’a pas su la développée convenablement résultat : Un personnage plus abominable après l’accident comme si en quelques heures elle changeait du tout au tout.
7
Heureusement UN point positif : la facilité de la lecture, un Chick-Lit n’est jamais casse tête c’est pour cela que ce bouquin n’a pas la note minimale.
4
En bref, déception, déception, déception est au beau fixe. Histoire nulle, personnage de POP qui m’énervait au plus haut point et l’intervention divine mal faite. Je ne vous le conseille pas du tout.
7

L’amour et son contraire – Julie Buxbaum

V.O : The opposite of love

416 pages aux éditions France Loisirs

                              ● Synopsis :

 À vingt-neuf ans, Emily Haxby a tout pour être heureuse : elle vit à New York, elle est avocate dans un célèbre cabinet d’affaires, et Andrew son compagnon s’apprête à la demander en mariage. Mais, soudain, elle décide de le quitter.
Emily est certaine d’avoir pris la bonne décision, et pourtant elle serait bien en peine de l’expliquer à ses proches. En dépit de son esprit bravache et de son apparente indépendance, elle doit bientôt reconnaître que cette séparation avec Andrew n’a pas grand-chose à voir avec lui, mais plutôt avec elle. Jess, sa meilleure amie est la première à l’alarmer : « Comment peux-tu être la personne la plus marrante que je connaisse et aussi la plus malheureuse ? Ça ne t’épuise pas ? »
Mais, dans l’immédiat, Emily n’a pas le temps de se poser trop de questions. Son patron, Carl, l’a mise sur une affaire brûlante : Synergon, une multinationale, est poursuivie par une cinquantaine de familles de l’Arkansas pour pollution de l’eau et prolifération des cas de cancers. Les dossiers s’empilent et les nuits s’enchaînent entre les quatre murs de son bureau. Mais lorsque Carl lui fait des avances parce qu’il croit avoir tous les droits sur elle, elle n’y tient plus et démissionne.
Car, en plus de ses remords sentimentaux, Emily a appris que son grand-père, l’inénarrable Papi Jack, est en train de mourir. Elle réalise que la vie est courte et qu’il est temps d’affronter ses vieux démons : elle entame une analyse, renoue avec son père, aide les siens face à la maladie. La disparition de Papi Jack fait écho à une autre, celle de sa mère, décédée lorsqu’elle avait quatorze ans. Un deuil qu’elle est prête à accepter aujourd’hui.

                              ● Mon Avis :

Voilà je viens d’en finir la dernière page il y a quelques instant et je tiens – tant que ma mémoire de poisson rouge est encore là – à vous le faire partager tout de suite ! Voilà l’histoire presque banale de notre héroïne : Emily – ou Em -, elle travaille dans un grand cabinet d’avocat, a un chéri-chéri qui veut l’épouser mais fou tout en l’air. Pourquoi ? Même pas elle ne le sait, et les remises en questions commence.

Ce livre est une réussite ! Moi qui ai souvent été – pas déçue – mais d’avis très moyen sur les Chick-List celui-ci est génial ! Emily a tout de l’héroïne contemporaine : une douleur dans le passé qui est la cause de ses malheurs aujourd’hui, un poste dans un grand cabinet d’avocat, un petit ami génial mais elle a ses propres démons à gérer, résultats : elle fou en l’air sa vie de couple, parce quelle a peur d’être délaissée et elle a peur d’aimée. Pourquoi j’ai été autant attachée à Em ? Tout simplement parce qu’elle me ressemble. Je me suis vraiment identifiée à elle, ce quelle pense je l’ai pensé, ce quelle fait je l’ai fait moi aussi, et je me suis un peu re-découverte en elle – bon le salaire du cabinet en moins il faut dire … – . Ce livre est une constante remise en question : pourquoi faire si ? Pourquoi pas sa ? Pourquoi je réagis comme ça face à telle ou telle chose ? Avec Emily on déprime, on rit, on pleure on saute de joie face à des problèmes comme le harcèlement au travail quand elle arrive à s’en débarrasser. On pleure quand Papy Jack fait ses adieux, on est soulagé de voir notre Em mieux, de voir quelle a repris le contrôle sur sa vie – et pas QUE sur son canapé … – Julie Buxbaum signe ici un grand livre sur l’amour, mais pas seulement l’amour d’un petit ami, l’amour de famille, les liens qui unit les uns les autres face à l’adversité, face à la mort. Un petit bijou d’expressions où chacun se reconnaîtra à un moment ou à un autre. Vive les héroïne contemporaine, dans le fabuleux USA ! Tout petit bémol, passage que j’ai vraiment peu apprécié mais bon, c’est pas tragique non plus : les passages chez la psy. Je pense que l’auteure nous retranscris fidèlement un passage chez un psy mais la technique de celui-ci est barbante, ce qui ne vaudra pas pour ce livre les 5 petites étoiles mais seulement 4 … Bon ok voir 4 et 3/4 d’une autre si je le pouvais.
7

Demain matin si tout va bien – Cecile Krug

V.O : Demain matin si tout va bien

218 pages aux éditions J’ai Lu

                              ● Synopsis :

  » Thé ou café ? « , cette question, qui peut vous paraître anodine, est capitale pour moi. Je ne la pose qu’aux hommes avec lesquels je sens que j’ai un bout de chemin à faire et qui vont compter dans ma vie. […] Les quatre hommes qui ont eu droit à mon  » Thé ou café ?  » après notre première nuit d’amour ont tous été importants. Edgar est le cinquième.  » Garance, trente-cinq ans, célibataire, attachante, rencontre Edgar, qui n’a qu’un seul gros défaut : sa splendide meilleure amie, Aglaé… Après six mois de vie commune, Edgar lui annonce qu’il fait un break et part travailler aux Philippines avec Aglaé. Garance tente tout pour le reconquérir : esthéticienne, sport, régime, bronzage… Avec l’aide de son entourage, elle devrait pouvoir y réussir. Mais les gaffes et coups de théâtre en série rendent les choses beaucoup plus compliquées… et beaucoup plus drôles !

                              ● Mon Avis :

Ce qui m’a attiré dans ce bouquin ? Le titre. Je le trouve poétique … Oui moi et la poésie … Bon traite de bavardage, voilà ma nouvelle chronique ! Et c’est un … Chick-Lit ! Je pense honnêtement que c’est LE style que j’apprécie le moins dans les romans … Je les ai toujours trouvé bof bof – sauf exceptions * – bien sûr.

Résumons l’histoire : Garance se fait plaquer pour une autre nana, belle, fraiche, bon poste, bref le magnifique stéréotypes d’Hollywood quoi ! – D’ailleurs c’est bien dommage … – et Garance – qui bien sur, est une femme comme les autres, où l’on voit ses imperfections etc. – veut tout faire pour le récupérer. Mais malheureusement, elle arrivera plus à se ridiculiser que à reconquérir son débile d’Edgar – d’ailleurs le prénom est nul oui NUL ! – . Retrouvera-t-elle l’amour ? Est-ce qu’elle parviendra à tourner la page ?
7
Style de l’auteure : simple, le livre se lit sans encombre et d’une traite un Chick-Lit normal quoi, l’humour est un peu bâclé c’est dommage, il y a des fois où j’ai souris ou même ris, mais parfois non c’est trop léger, il manque du peps à cette histoire. Je pense que c’est un bon livre sur une plage sans plus.
7
Toujours utilisation des thèmes habituels : l’amour, la trahison etc, j’aurais aimé un peu de changement, une dose de fraicheur dans les Chick-Lit – voilà d’ailleurs pourquoi je ne lis pas trop ce genre de  bouquins !!! – . Franchement si vous pouvez vous le faire prêter je pense que ce serait le mieux, il n’est pas MERDIQUE mais en matière de Chick-Lit il est pas flamboyant non plus !
7