Et le jour pour eux sera comme la nuit – Ariane Bois

V.O : Et le jour pour eux sera comme la nuit

123 pages aux éditions J’ai Lu

                              ● Synopsis :

Pourquoi un jeune homme, qui – pense-t-on – a tout pour lui, met-il brutalement fin à ses jours ? Un père, une mère, une grande soeur et un petit frère cherchent à répondre à cette question déchirante : comment vivre sans Denis ? On ne sait rien de la mort, sauf qu’elle change des vies.

                              ● Mon Avis :

Voilà voilà, encore un livre que je viens de terminer ce matin … Pas de coup de coeur ! Un avis assez mitigé par contre je m’attendais à plus.

Le style de l’auteur : Un peu à part, l’auteur dans ce bouquin alterne le point de vue des différents personnages : Diana, Pierre, Laura et Alexandre. Un sujet assez douloureux et tabou comme il est bien dit dans ce livre, le suicide. Malheureusement c’est justement au niveau du style que je suis déçue. Je m’attendais à quelques chose de plus fort, des phrases à vous mettre K.O par leurs beautés et leurs vérités. Et bien non … Les sentiments ne sont pas passés. J’ai lu ce livre sans plus,  en étant encore une fois simple spectatrice alors qu’un vrai drame est relaté …

Pour l’histoire : Denis s’est suicidé en se défenestrant. Incompréhension pour ses parents et des questions subsistent … Pourquoi ? Pour qui ? Est-ce qu’ils ont ratés quelque chose ?

Pour les personnages : Contre toute attente, ils sonnaient creux. Malgré deux ou trois phrases chocs, aucun ne m’a touché… On sent toutefois leurs confusions, les liens entre eux mais j’avais plus l’impression d’un règlement de compte entre la famille qu’un véritable débat sur le suicide. Chaque personnage est renfermé dans son malheur mais aucun ne se bat, ne cherche à comprendre et ces par quelques trouvailles malheureuses qu’ils comprendront … Aucune combativité ce que l’on peut comprendre et ce qui reflète bien la réalité, mais en étant parents ayant encore 2 enfants ils se doivent de se relever … Je n’ai pas compris leurs passivités ici. Enfin, le personnage décédé – Denis – nous révèle malgré lui le pourquoi de son geste … Et là ça en a été trop pour moi. Pour quelque chose d’aussi éphémère que cela, il laisse sa famille, ses études et ses amis … Moi qui adore la vie je ne comprend pas ce geste.

Pour résumé : Heureusement c’est un livre court. J’ai voulu assez vite le finir parce que l’histoire ne m’a pas touché du tout et pourtant, j’ai un avis assez mitigé envers les suicidaires sans pour autant juger. Je pensais que cette histoire aller me montrer le pourquoi d’un suicide, aller me permettre de comprendre pourquoi quelqu’un peut en arriver là et comment réagissent les familles qui doivent porter ce malheur. Au contraire, ce bouquin m’a paru lent, long et barbant à souhait. Au contraire de l’anorexie par exemple, qui est un sujet qui me touche beaucoup plus, le suicide ici me laisse de marbre. Est-ce la plume de l’auteure qui ne m’a pas plu ? Est-ce le sujet qui m’énerve plus qu’autre chose ? Surement un peu des deux. En tout les cas ce n’est pas un livre que je recommanderais et que je relirais !